1er prélèvement sur un donneur décédé suite à un arrêt des soins

1er prélèvement sur un donneur décédé suite à un arrêt des soins

 

Le premier prélèvement d’organes sur un patient décédé d’un arrêt circulatoire, suite à un arrêt de soins en réanimation, a été pratiqué au CHSF fin juin.

Ce prélèvement a pu aboutir grâce à l’étroite collaboration de plusieurs services (notamment la réanimation et le bloc opératoire) aux côtés de l’équipe hospitalière de coordination du don d’organes et de tissus.

Ce type de prélèvement est autorisé en application d’un protocole national élaboré par l’Agence de Biomédecine.

Comme tout don d’organe, la coordination hospitalière recherche auparavant une non opposition du donneur en rencontrant les proches et en les accompagnant tout au long de la procédure.

Depuis novembre 2018, le CHSF fait partie des 26 centres nationaux autorisés à pratiquer une telle intervention. En Ile-de-France, deux centres hospitaliers généraux seulement (dont le CHSF) ont obtenu cette autorisation. En France, près de 24 000 personnes sont en attente de greffe.

 

Back-To-Top