Ouverture d’une conciergerie

Ouverture d’une conciergerie

 

 

Faites-vous dorloter… à l’hôpital

Sébastien Morelli|25 janvier 2017, 7h00|0

Après Etampes et Dourdan, le Centre hospitalier Sud francilien ouvre sa conciergerie aujourd’hui. Elle sera gérée par la société Happytal, présente dans une vingtaine d’établissements en France.

On ne va pas à l’hôpital par plaisir, surtout quand on doit y rester longtemps. Afin de rendre plus agréable le passage des quelque 76 000 patients qui séjournent chaque année, le Centre hospitalier Sud francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes lance aujourd’hui une conciergerie. La troisième du département après celles des hôpitaux de Dourdan et d’Etampes, qui ont ouvert la leur en septembre, et qui ont déjà reçu 1 600 demandes. La société Happytal, créée en 2013 et désormais présente dans une vingtaine d’établissements en France, va gérer ce service. « Nous embauchons, notamment des profils hôteliers », insiste son directeur général, Pierre Lassarat.

Une centaine de prestations

Rien qu’à Corbeil, entre cinq et sept personnes, reconnaissables à leur polo rose, seront présentes. Happytal propose une centaine de prestations aux patients, à leurs proches et au personnel hospitalier. « Nous avons vocation à améliorer le quotidien du patient en l’aidant à s’organiser avant, pendant et après son séjour. Nous pouvons réserver une garde d’enfants, faire laver son linge, trouver une aide ménagère pour le retour à domicile », énumère Pierre Lassarat. Idem pour les besoins du personnel.

Les prestations s’organisent autour de la détente (coiffure, esthétique, pédicure…), le divertissement (livraison de livres, journaux, magazines), les services (garde d’animaux, achat de produits d’hygiène, livraison de plateaux-repas améliorés ou de douceurs, en accord avec les médecins…) et font appel à des commerçants locaux.

Pour commander, les patients et leurs familles peuvent s’adresser au comptoir qui se trouvera près de l’accueil central, téléphoner ou se rendre sur le site Internet d’Happytal. Pour les patients qui ne peuvent se déplacer, les concierges passeront dans la chambre sur demande. « Cette accessibilité est très importante. Les proches peuvent ainsi passer commande même s’ils sont à l’étranger, faire livrer un cadeau, un croissant le matin, le journal », insiste Pierre Lassarat, qui espère déjà en ouvrir d’autres en Essonne.

 

Back-To-Top