Groupement hospitalier de territoire

Groupement hospitalier de territoire

 

Le Centre Hospitalier d’Arpajon, le Centre Hospitalier Sud Essonne (Dourdan – Etampes) et le Centre Hospitalier Sud Francilien se sont engagé dans la voie d’un Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) dans le respect de l’autonomie de chaque établissement. Par ce groupement, les trois établissements entendent mettre en place une stratégie solidaire et équilibrée de partenariat afin de garantir un égal accès aux meilleurs soins en tous points du territoire de santé : des zones rurales du sud Essonne aux espaces urbains d’Arpajon, de Corbeil-Essonnes et d’Evry.

Applicable depuis le 1er juillet 2016, la convention constitutive du « Groupement Ile-de-France Sud » inscrit les principes retenus par les trois établissements partenaires pour développer leurs activités au cours des 10 prochaines années.

Ces principes sont déclinés dans un projet médical partagé basé sur cinq principaux leviers d’action :

mieux articuler l’offre de soins notamment celle se rapportant aux affections de longue durée (comme la cancérologie avec la création d’une fédération),

optimiser l’utilisation des plateaux technique par le partage de la charge de travail (tout particulièrement dans le domaine de l’imagerie et de la biologie médicale),

promouvoir l’accès à un parcours de soins cohérent en garantissant une prise en charge graduée à chaque habitant du territoire de santé,

développer l’attractivité des établissements membres par du temps médical partagé (contribuant à faire face aux difficultés de recrutement dans certaines disciplines),

faire converger les systèmes d’information des établissements partenaires pour faciliter les échanges et la télémédecine.

Les trois établissements du Groupement Hospitalier de Territoire Ile-de-France Sud travailleront en étroite collaboration avec l’EPS Barthélémy Durand dans le domaine de la santé mentale ainsi qu’avec la Fondation « Santé services » pour développer ensemble l’hospitalisation à domicile.

Ils s’appuieront sur l’expertise des services de pointe et sur l’innovation médicale des équipes des hôpitaux universitaires Paris-Sud (AP-HP) grâce à une coopération renforcée.

Cette stratégie commune est conforme aux orientations du Schéma Régional de Santé. Ce dernier retient comme axe prioritaire la valorisation de l’offre de proximité de la grande couronne dans un contexte marqué par un taux de fuite vers la capitale estimé à 40% dans certaines disciplines.

A moyen terme, un rapprochement avec le Groupement Hospitalier de Territoire du Nord Essonne (Orsay, Juvisy, Longjumeau) confortera cette démarche qui renforce la proximité et organise le recours. Les voies et les moyens d’une coopération renforcée avec ce GHT dans quatre filières de soins (périnatalité, cancérologie, santé mentale et urologie) sont actuellement à l’étude. Cette réflexion englobe également les systèmes d’information des établissements concernés. La mise en place d’interfaces informatique puis des choix convergents en matière d’infrastructure de systèmes d’information devrait faciliter le travail en commun des équipes hospitalières.

Les GHT Ile-de-France Sud et Nord Essonne consolident leurs liens avec l'AP-HP

Le Groupement Hospitalier de Territoire Ile-de-France Sud (1) et le Groupement Hospitalier de Territoire Nord Essonne (2) ont acté le principe d’une stratégie de coopération renforcée avec les Hôpitaux Universitaires Paris Sud (3) de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). Deux conventions formalisent cet engagement.

Ces conventions de coopération portent sur la période 2017 – 2026. Elles ont été ratifiées par les directeurs et les Présidents de CME des établissements concernés ainsi que par les directeurs des UFR de Médecine et de Pharmacie de l’Université Paris-Sud.

Cette coopération porte sur quatre principaux engagements au bénéfice des patients et des communautés médicales des établissements partenaires. Ces engagements associent également les internes de médecine formés par l’Université Paris-Sud.

- Les établissements partenaires approuvent le principe d’un parcours de soins gradué pour les patients domiciliés dans l’Essonne. Ce parcours valorise la prise en charge départementale. Il fait appel aux hôpitaux universitaires Paris-Sud, en recours ou pour des expertises. Pour faciliter la coordination des prises en charge, le comité stratégique du GHT Ile-de-France Sud, celui du GHT Nord Essonne et le comité exécutif des Hôpitaux Universitaires Paris-Sud associent les représentants de tous les établissements signataires de la convention.

- Les hôpitaux universitaires Paris-Sud de l’AP-HP et les établissement des deux GHT (Ile-de-France Sud et Nord Essonne) s’engagent à promouvoir une dynamique de recherche et d’innovation commune. La convention prévoit des participations collectives à des essais académiques et industriels (favorisant le transfert de technologies en milieu hospitalier). Les porteurs de projets des établissements de l’Essonne seront encouragés et accompagnés. Ils pourront faire appel aux experts de l’AP-HP pour faciliter leurs démarches : de la participation aux appels d’offres à la protection de leurs travaux et brevets.

- L’accord intègre des dispositions pour favoriser le recrutement médical au sein des établissements de l’Essonne. La convention prévoit du temps médical partagé AP-HP/GHT (Ile-de-France Sud et Nord Essonne). Des actions de formation continue en milieu hospitalo-universitaire sont également envisagées pour soutenir la politique de recrutement médical des hôpitaux de l’Essonne.

- Enfin, la convention programme le recours aux nouvelles technologies de communication (e-learing, visio-conférence…) pour les étudiants (internes ou externes) de l’Université Paris Sud, accueillis en stage dans les établissements des deux GHT.

1) Centre Hospitalier Sud Francilien (Corbeil-Essonnes) ; Centre Hospitalier Sud Essonne (Dourdan/Etampes) ; Centre Hospitalier d’Arpajon.
2) Groupe Hospitalier Nord Essonne (Centre Hospitalier des deux Vallées Juvisy/Longjumeau et CH d’Orsay)
3) Hôpital Antoine-Béclère ; Hôpital Bicêtre ; Hôpital Paul-Brousse.

Le Projet Médical Partagé de Territoire Ile-de-France Sud

Applicable depuis le 1er juillet 2017, le Projet Médical Partagé du Groupement Hospitalier de Territoire Ile-de-France Sud est une feuille de route stratégique. Ce document organise les parcours coordonnés du groupement. Ils entreront progressivement en vigueur sur la période 2017 – 2022.

Les patients sont les premiers bénéficiaires de ces parcours coordonnés qui confortent la proximité chaque fois que possible et organisent le recours chaque fois que nécessaire.

Les établissements membres s’appuient sur ce document directeur pour maintenir et développer une offre publique de santé de qualité dans la zone Sud du département de l’Essonne.

Fluidifier le parcours patient

Le Projet Médical Partagé du Groupement Hospitalier de Territoire Ile-de-France Sud s’appuie sur des filières publiques. Ces dernières sont organisées et consolidées grâce à l’action coordonnée des trois établissements partenaires. L’objectif est de proposer des parcours de santé sûrs et de qualité aux patients domiciliés dans la zone sud de l’Essonne.
Le projet Médical Partagé du GHT prévoit également des parcours supplémentaires afin de répondre aux nouveaux enjeux de santé publique (vieillissement de la population, obésité…). La tarification applicable à ces parcours est accessibles à tous. Elle relève du secteur 1.

Homogéniser et développer l’offre

Le Projet Médical Partagé Ile-de-France Sud met en place,  dans toutes les spécialités, des plans d’actions pour garantir l’accès à une offre de soins homogène au sein du GHT mais aussi la développer dans des spécialités nouvelles.

Attirer et fidéliser les médecins

Le Projet Médical Partagé Ile-de-France Sud prévoit des mesures concrètes pour favoriser le recrutement de médecins et neutraliser l’impact de la faible démographie médicale dans certains spécialités. L’effort porte sur l’ouverture de postes prioritaires (de manière à limiter le recours à l’intérim). De nombreuses spécialités s’appuieront sur la constitution d’équipes territoriales partagées (postes partagés et/ou gardes partagées).

Collaboration renforcée entre les établissements hospitaliers du nord et sud Essonne

La revitalisation de l’offre de soins publique dans le département de l’Essonne passe par une collaboration renforcée entre les établissements publics du sud et du nord de l’Essonne.
Cette collaboration est déjà active dans les domaines de la cancérologie et de l’urologie. Elle a vocation à se renforcer à moyen terme autour du parcours de la femme enceinte.

Une centre de coordination en cancérologie

Se doter d’une offre publique forte et lisible en cancérologie dans le département de l’Essonne a motivé la création d’une Fédération hospitalière associant le GH Nord Essonne, le CH d’Arpajon et le CHSF. Cette fédération  a permis de mettre en place un parcours lisible et complet (du dépistage au traitement avec la préoccupation des soins de suite).

Depuis février 2017, les trois établissements partenaires ont constitué un Centre de Coordination en Cancérologie. Le suivi coordonné du patient y est renforcé notamment grâce à des réunions de concertations pluridisciplinaires communes.

Une permanence des soins chirurgicales d’urologie

Depuis le 2 mai 2017, les patients admis aux urgences pour une affection urologique aiguë ne sont plus transférés mais pris en charge chirurgicalement en Essonne. Le GH Nord Essonne (GHNE), le CHSF et le Centre Hospitalier Sud Essonne (CHSE) ont mis en place une permanence des soins commune. Elle se traduit par un dispositif d’astreintes partagé. Le dispositif mobilise les chirurgiens du CHSF (Corbeil-Essonnes/Evry), du CHSE (site d’Etampes) et du GHNE (site de Longjumeau).

Introduction de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) dans l’offre départementale

L’offre hospitalière publique en Essonne ne comporte pas les soins généraux d’infertilité. Or, il s’agit bien d’un enjeu de santé publique compte-tenu de l’âge de plus en plus tardif des grossesses. A ce titre, une demande d’autorisation pour une activité de Procréation Médicalement Assistée a été déposée auprès des autorités sanitaires.

Back-To-Top