HYGIENE HOSPITALIERE

  • Pharmacien responsable : Dr Didier LECOINTE
  • Chef de Pôle : Dr Maxime ADLER
  • Cadre de Pôle : Mme Patricia LAVIGNE
  • Cadre de santé : Mme Leslie DEPRES

La lutte contre les infections nosocomiales ou associées aux soins s’appuie sur des ressources humaines et sur un laboratoire spécialisée.

Conformément à la loi, le Centre Hospitalier Sud-Francilien est doté :
– d’un Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) composé notamment de médecins, de pharmaciens, d’infirmières, de membres de la direction et d’un représentant des usagers ;
– d’une Equipe Opérationnelle d’Hygiène Hospitalière (EOHH) sous l’autorité d’un pharmacien hygiéniste dotée d’un laboratoire d’hygiène hospitalière ;
– d’un réseau de correspondants en hygiène dans chaque service.

Les Missions réglementaires des Equipes Opérationnelle d’Hygiène (EOH) :

– Expertise dans la gestion du risque infectieux,
– Mise en place et évaluation des procédures d’hygiène hospitalière,
– Formation des professionnels dans la gestion du risque infectieux,
– Surveillance des infections nosocomiales et/ou associées aux soins,
– Investigations liées aux signalements d’infections nosocomiales.

Un Laboratoire d’Hygiène Hospitalière (L2H) :

Le laboratoire d’hygiène hospitalière a pour mission d’assurer :
– une veille environnementale (surveillance des eaux, des surfaces, de l’air, des endoscopes…),
– une veille alimentaire (contrôle du lait maternel du lactarium à usage intérieur et de la biberonnerie de néonatalogie),
– une veille épidémiologique (recherche de bactéries hautement résistantes aux antibiotiques émergentes ERG, EPC, ABRI).

Deux accréditations

Le laboratoire d’hygiène hospitalière du CHSF est accrédité pour :
– le prélèvement et l’analyse de recherche et dénombrement des légionelles dans l’eau sous le N°1-2403,
– le contrôle microbiologique du lait maternel sous le N°8-3624.

Ces accréditations sont disponibles sur www.cofrac.fr

Les maladies nosocomiales : ce qu’il faut savoir

Une infection nosocomiale est une maladie provoquée par des microbes (infection) acquise dans un établissement de soins et dont les symptômes apparaissent :
– au moins 48 heures après l’admission du patient,
– dans les 30 jours suivants une intervention chirurgicale pour les infections du site opératoire dans l’année qui suit l’intervention chirurgicale s’il y a mise en place d’une prothèse ou d’un implant.

Les causes de ces infections sont multiples.

Le malade peut s’infecter :
avec ses propres microbes (présents chez tous sur la peau, dansle nez et l’intestin),

– au contact d’un autre malade,

– avec des microbes transmis par l’intermédiaire du personnel soignant,

– avec des microbes présents dans l’environnement hospitalier (eau, air, équipement et alimentation).

Certaines personnes sont plus fragiles que d’autres face au risque d’infection.

Parmi les plus exposés : nouveaux nés et personnes âgées, personnes souffrant de maladies chroniques (diabète, cancers, insuffisance respiratoire, cardiaque, hépatique, rénale), personne en surpoids (obésité), personnes sous traitement affaiblissant leurs défenses immunitaires (SIDA, chimiothérapies, greffes…).

D’autres facteurs sont à risque : la présence d’une plaie à l’admission, la présence de matériels étrangers (chambre implantable, valve cardiaque, prothèse articulaire…), la consommation excessive d’alcool, de drogues et/ou de tabac.

L’exposition au risque est plus forte lors de certains soins invasifs notamment ceux qui entraînent une effraction de la peau et des muqueuses (pose de sonde urinaire, respiration artificielle, intervention chirurgicale, ponction, perfusion, biopsie, endoscopie…). La durée du séjour, le maintien prolongé du matériel de soins, le type d’opération sont également des facteurs de risque.

Infos Complémentaires

Localisation :

Hôpital Sud Francilien – 116, Bd Jean Jaurès – 91100 Corbeil-Essonnes
Pôle T – Rez-de-chaussée

Contacts :

Standard : 01 61 69 61 69

Back-To-Top